Nous les Eitingon

WILMERS Mary-Kay

L’histoire de la famille de l’auteur, issue d’un marchand juif biélorusse Chaïm Etitingon, est un révélateur du siècle passé. Trois descendants ont eu un destin exceptionnel. Motty, très riche négociant en fourrures a émigré aux États-Unis en 1919, finançant la révolution soviétique contre l’autorisation d’acheter des peaux en Sibérie. Max était disciple et ami de Freud. Léonid, agent secret au service de Staline a participé à de nombreux assassinats dont celui de Trotski à Mexico. Chacune de ces trois vies est un vrai roman, particulièrement celle de Léonid, digne d’un thriller. Mary-Kay Wilmers, rédactrice en chef d’une revue littéraire anglaise, a eu accès à une très copieuse documentation sur sa famille et sur les événements politiques auxquels celle-ci a été mêlée. Elle signe une biographie familiale colorée, souvent dramatique – la vie d’un des trois héros en particulier est digne d’un thriller. Le récit est largement rehaussé par un certain regard sur l’époque: presque toutes les sources viennent de l’Est, avec des révélations inédites sur les dessous de la politique, ses parts d’ombre adroitement entretenues et les interrogations qui subsistent. Une documentation très scrupuleuse, des détails, des longueurs, des digressions, surchargent cet ouvrage d’une valeur et d’un intérêt cependant indéniables.