Mort d’un jardinier

SUEL Lucien

Il est tr√®s t√īt. Un homme sort de chez lui, hume l’air matinal et se met au travail : c’est le jardinier dont la mort est annonc√©e sans ambigu√Įt√© dans le titre du livre. Son coeur va l√Ęcher, mais avant que le silence ne recouvre l’espace o√Ļ, jour apr√®s jour, il s’est d√©pens√© sans compter (sarclant, taillant, ensemen√ßant, r√©coltant ‚Ķ), il va exprimer toute sa vie dans un ruissellement de mots. Via le ¬ę tu ¬Ľ de qui se parle famili√®rement, il commence par d√©crire l’engrenage rigoureux de ses gestes. Le catapultage d’images, de sons, de couleurs ; le m√©li-m√©lo de ceux qu’il a aim√©s ; le d√©ferlement de souvenirs : tout cela n’interviendra qu’apr√®s sa chute, comme si un portrait trembl√© de lui √† travers ses diff√©rents √Ęges se dessinait. √Čditeur de revues consacr√©es √† la ¬ę Beat Generation ¬Ľ, et auteur de nombreux ouvrages de po√©sie, Lucien Suel est n√© en 1948 dans la r√©gion Nord-Pas-de-Calais. Ce roman, √† mi chemin de la prose et de la po√©sie, du concret et du flottant, entra√ģne loin des sentiers battus dans le charme d’un univers hallucin√©.

 A.D. et M.P.