Merveilleuses

HERMARY-VIEILLE Catherine

Après Les années Trianon (NB janvier 2010), Catherine Hermary-Vieille retrace la période troublée de l’Histoire de France de 1789 à 1799, couvrant la Révolution, la Terreur et le Directoire. Elle met en scène celles qui furent appelées les « Merveilleuses », en particulier Rose Tascher de la Pagerie, mariée à seize ans en 1779 à Alexandre de Beauharnais, veuve en 1794, et qui deviendra Joséphine Bonaparte en 1796. La principale préoccupation de Rose et de ses amies est leur apparence. Rivalisant d’excentricité, de frivolité, elles créent une mode, organisent des dîners et des fêtes, et collectionnent les amants qu’elles s’échangent facilement. Parmi un tourbillon d’événements historiques relatés avec moult détails, l’auteur dégage un portrait peu flatteur de la future impératrice. Elle souligne sa frénésie de luxe et ses mensonges dans le sillage d’amies qu’une fois devenue « femme du premier consul (…) il n’était plus question qu’elle fréquente ».