Ma cousine et moi, on a refait le monde

COUSSEAU Alex, CHOUX Nathalie

Un beau jour le z√©bron, las des rayures, les siennes, celles de la rue, d’un monde r√©gl√©, sans rondeurs et des ¬ę¬†fais pas ci, fais pas √ßa¬†¬Ľ de sa m√®re d√©cide de s’associer avec sa cousine sur laquelle il jette un oeil nouveau. √Ä deux, ils revisitent les paysages, enfouissent les centres commerciaux (l’id√©e √©tait d√©j√† dans l’air). Leurs corps, leurs v√™tements se mettent √† l’unisson : un seul mot d’ordre : couleur !¬†L’opposition est tranch√©e entre les traits noirs – m√™me les pages de garde s’y mettent, et les couleurs fra√ģches et vives qui font na√ģtre des papillons. Pourquoi pas plusieurs soleils ronds comme le ballon, pour avoir plusieurs arcs-en-ciel les jours de pluie ? Ou introduire une tortue dans l’horloge du temps pour ralentir son cours ? Des id√©es po√©tiques pour un texte facile √† suivre et deux z√©brons √† croquer avec leurs grands yeux noirs. Une crise de pr√©adolescence tout en douceur. Tiens, les pages de garde finales ont pris des couleurs ! (R.F.)