Ma chienne de vie

THURBER James

&&

 

√Čditorialiste au New Yorker dans les ann√©es 1927, c’est √† Colombus dans l’Ohio que James Thurber se familiarise avec le m√©tier de journaliste. √Čcrivain par ailleurs, il accompagne souvent ses textes de dessins humoristiques. Ainsi dans ¬ę¬†Ma chienne de vie¬†¬Ľ, se rem√©more-t-il, croquis aidant, certains √©v√©nements saugrenus de sa jeunesse au sein d’une famille passablement d√©cal√©e. Grand-p√®re, p√®re, m√®re, fils, chiens concourent √† se faire peur, la nuit surtout, √† partir de bruits suspects ou de rumeurs ext√©rieures. L’auteur exploite quiproquos et cr√©dulit√© des protagonistes… avec un humour enfantin. L‚Äôengrenage est parfois franchement hilarant.