L’ordre du jour.

K√ĖPPEN Edlef

& & &

 

Adolf Reisiger se porte volontaire en 1914 et combat pendant toute la durée de la première guerre mondiale, essentiellement en France. D’abord enthousiaste, puis confronté à des combats de plus en plus dévastateurs, témoin de carnages inutiles, Reisiger prend progressivement conscience du caractère insensé du conflit. Promu lieutenant, mais traumatisé et proclamant son pacifisme, il est enfermé en 1918 dans un asile.

 

Edlef Köppen, qui a combattu de 1914 à 1918, fait part dans ce roman de sa propre expérience. Pas de sentimentalisme mais un souci du détail et une distanciation presque clinique du héros qui accentuent le réalisme et l’intensité du récit. Combats infernaux, la mort dans ses formes les plus horribles, villes incendiées, nature ravagée, tout est rendu avec force. L’insertion de communiqués et d’articles authentiques fait écho à l’expérience personnelle du héros. Ce réquisitoire impitoyable contre la guerre est servi par une écriture saccadée et étonnamment moderne. L’ordre du jour, publié en 1930, et jusqu’à présent jamais traduit en français, ne pouvait qu’irriter le régime national-socialiste qui l’interdit dès 1933.