L’honneur de Tamara Ivanovna.

RASPOUTINE Valentin

& &

 

Fille de la campagne, chauffeur de camion et maintenant m√®re de famille, elle incarne les ancestrales vertus slaves, force, honn√™tet√©, solidarit√©, amour du travail et de la terre. Mais autour d’elle, la Russie post-sovi√©tique et sa Sib√©rie bien-aim√©e ont √©t√© infect√©es par la gangr√®ne du mondialisme, il n’y a plus que corruption, vol, violence, trafics honteux, marchandises de pacotille et √©trangers douteux. Illustrant ce sombre constat d√©plor√© par l’auteur comme par l’h√©ro√Įne, le drame se d√©roule¬†: le viol de sa fille adolescente, le ch√Ętiment qu’elle inflige elle-m√™me au violeur et son emprisonnement qui laisse sa famille √† l’abandon.

 

Les √©motions, les indignations, les discussions patriotiques et m√©taphysiques impriment √† ces pages passionn√©es une houle v√©h√©mente, interrompue par les accalmies c√©l√©brant la nature in√©puisable, source de paix et de bonheur, th√®me central de l‚Äôoeuvre de Valentin Raspoutine (L‚Äôincendie, N.B. oct. 1988). Son nationalisme exacerb√©, son horreur de l’√©tranger g√™nent les Europ√©ens que nous sommes devenus, et la profusion redondante des sentiments lasse le lecteur accoutum√© √† plus de concision. Quelques sc√®nes, cependant, parviennent √† l’√©pique.