Les rapports humains

ROBERT Denis

Chaque jour, entre nostalgie et fureur, il vit l’actualité. Il la commente, critique institutions et hommes politiques et s’affirme nettement de gauche. Puis bascule dans les souvenirs familiaux : adolescence difficile, intimité habitée par une épouse désabusée, une maîtresse lassante et un fils très aimé, comme lui fan de foot. Lectures exigeantes, auteurs d’anticipation, intelligence artificielle, il brasse tous ces matériaux. Il en fera ce roman.   Un roman ? Nullement au sens classique du terme. L’auteur narrateur se livre dans de lucides introspections, assume ses contradictions, ne cache ni peines, ni peurs, ni doutes développés au fil de rapports humains à l’enrichissante diversité. Impressions révélées par une originale construction littéraire. Des phrases nerveuses, suivies de blancs, pas de chapitres, quelques paragraphes pour étoffer un thème retenu composent un tableau pointilliste où se juxtaposent l’observation sensible, fine et juste de notre monde, et son besoin d’affection, sa proximité avec ses éditeurs. Après Grand Est (NB septembre 2016), passé l’épreuve déroutante de son approche, le texte apprivoisé, on est récompensé par la modernité, l’intelligence de ce récit attachant et drôle. (A.C. et T.R.)