Les fureurs invisibles du coeur

BOYNE John

Bannie à seize ans par l’Église et sa famille, Catherine accouche à Dublin d’un garçon qu’elle confie à l’adoption. Cyril grandit dans une famille aisée et excentrique. Il découvre vite une homosexualité qu’il cache à son meilleur ami, fervent hétérosexuel mais objet de tous ses désirs.   Le récit s’ouvre sur la répudiation publique d’une mère célibataire par un prêtre catholique, lui même secrètement père de plusieurs enfants. Le ton est donné : bienvenue dans l’Irlande des années cinquante ! De 1945 à 2015, c’est la société irlandaise qui est brossée, entre préjugés et faux-semblants. S’ensuit un roman fleuve en onze chapitres couvrant la vie du narrateur né de cette infamie : le parcours d’un garçon homosexuel de l’enfance à la soixantaine. De la clandestinité souvent sordide à la reconnaissance, dans un mélange d’humour et de tragédie où le sexe est présent, John Boyne (Le Secret de Tristan Sadler, NB mai 2015) noue et dénoue les amitiés et les destins. Son roman aux accents politiques souligne l’impact dévastateur de l’Église dans une Irlande rétrograde, aux préjugés tenaces. Malgré les stéréotypes et beaucoup d’heureuses coïncidences, ce récit plein d’allant, tant historique que romanesque, est mené rondement et sa lecture est édifiante.  (Maje et M.-F.C.)