Les enfants frapperont-ils encore ?

CATHERINE Laure

Dans une petite ville de l’Est, Emma, seize ans, et sa jeune soeur Amélie voient leur quartier des Charmilles bouleversé par l’apparition de tags, l’égorgement de cygnes et la découverte dans le canal du corps d’une jeune serveuse. Tout comme le policier DaSilva, Emma tente de découvrir l’auteur du crime. Ses amis, via les réseaux sociaux, apportent des indices et Amélie joue les détectives. Un suspect est localisé, il a déjà été impliqué dans une collision aux conséquences dramatiques.  L’intrigue est mince et tarde à se mettre en place ; elle est polluée par une galerie foisonnante de portraits de marginaux à la dérive mais aussi de fils de notables ; pour tous on peine à détecter leur lien avec le crime. Dans un style familier et sans relief, les séquences sont simplement juxtaposées sans souci de construction claire. Le dénouement n’est qu’apparent et un peu embrouillé. La référence fréquente aux adolescents révoltés de « Massacre de Pangbourne » de l’écrivain Jean-Claude Ballard ne rehausse ni ne donne corps à la vague révolte des jeunes personnages. Leurs hésitations confuses, incessantes, alourdissent le propos et étouffent l’enquête, réduite à n’être qu’un prétexte. (J.D. et A.Le.)