Les derniers jours

CLAIR Jean

L’ouvrage s’ouvre sur un hymne vibrant à la lecture, aux livres et aux mots. L’auteur développe sur le sujet une réflexion brillante et nourrie qui ravira un public amateur de belles lettres. Mais l’enthousiasme pour le passé est vite relayé par un jugement sévère et sans appel sur l’évolution actuelle de notre langue écrite et parlée. Il fait de même pour l’art qui fut, pendant des siècles, le domaine du beau et dont la production contemporaine, qu’il a déjà violemment critiquée (L’hiver de la culture, NB mai 2011), fait étalage de grandes laideurs. Cet essai composite tient de la biographie – Jean Clair y parle de ses racines paysannes et de son éducation ancrée dans une culture classique et chrétienne. Il touche aussi à la philosophie, la sociologie, la linguistique, la littérature, l’histoire de l’art et l’Histoire tout court. Que d’amertume ressassée et de déception dans ce bouillonnement d’idées argumentées et remarquablement exprimées, et dans la passion polémique qui les traverse !