Les 7 premiers jours

COLOMBIER HOCHBERG Agathe

Pour rentrer chez lui, un couple attend le train. Il arrive, la femme s’installe. Gabriel, son compagnon, reste sur le quai. Acte pr√©m√©dit√© ? D√©cision subite ? Certes, leur relation et leur entente ne sont pas celles du d√©but, sept ans auparavant. Ils ne se parlent quasiment plus, mais ont programm√© un voyage en Gr√®ce dans les jours suivants. Brusquement confront√©s √† la solitude, ils sont d√©sempar√©s.¬†¬†Partant d’une situation assez banale ‚Äď une relation amoureuse distendue ‚Äď l’auteure (L‚Äôaffabuleuse histoire vraie de Jules Cardot, NB janvier 2011) fait l’analyse minutieuse et subtile d’une rupture. Elle scrute jour apr√®s jour et alternativement (Elle, Lui) leurs pens√©es. Ces introspections, men√©es √† la premi√®re personne, √©voluent de l’interrogation au doute, de l‚Äôapitoiement √† la col√®re, du d√©sarroi √† l‚Äôamour-propre bless√©. Les souvenirs agr√©ables viennent t√©lescoper l’aigreur du pr√©sent et son c√īt√© d√©stabilisant. Au fil des atermoiements, les personnalit√©s et les sensibilit√©s se d√©voilent. Relay√©e par la culpabilit√© et la peur d’un avenir √† inventer, la d√©termination faiblit. Monologues, simplicit√© d’expression, sinc√©rit√© des propos touchent ou agacent. L‚Äôanonymat volontaire de la voyageuse et la fin ouverte donnent √† ce r√©cit une port√©e g√©n√©rale √† laquelle on peut ou non souscrire. (J.D. et M.-A.B.)