L’√Čnigme Elsa Weiss

BEN-NAFTALI Michal

Tel-Aviv, √† partir des ann√©es soixante. Elsa Weiss, professeur d‚Äôanglais, marque des g√©n√©rations d‚Äô√©l√®ves par la qualit√© de son enseignement, son engagement absolu, et plus encore son refus de tout contact et de tout sentiment. Juive hongroise, adulte lors de l‚Äôinvasion nazie, elle a √©t√©, en 1944, passag√®re du train Kastner, n√©goci√© avec les SS par un avocat pour sauver 1600 juifs. Profond√©ment marqu√©e par le d√©racinement et le voyage tr√®s √©prouvant (elle croit qu‚Äôon l‚Äôemm√®ne √† Auschwitz), celle qui d√©sormais se sent ¬ę survivante impure ¬Ľ, ¬ę porteuse de mal√©diction ¬Ľ, et incapable de t√©moigner, se suicide en 1980.¬†¬†La narratrice, hant√©e par le silence des survivants de la Shoah, est l‚Äô√©l√®ve d‚ÄôElsa en 1970. Devenue professeure elle-m√™me, elle aimerait comprendre cette femme √©trange qui attire et repousse en m√™me temps ‚Äď le texte est constamment riche en oxymores. Outre une qu√™te historique, elle pallie le manque de renseignements pr√©cis par l‚Äôimagination et le r√™ve. Les courts chapitres ne respectent pas la chronologie et accordent une grande part aux ann√©es d‚Äôavant-guerre. Cette biographie fictionnelle, grave, √©mouvante souvent, apporte un regard nouveau sur un th√®me souvent trait√©, avec une √©criture amoureuse de la pr√©cision. (M.F. et M.-C.A.)