L’enfant qui

BENAMEUR Jeanne

Dans un village, un jeune garçon se remĂ©more les gestes de sa mĂšre, diseuse de bonne aventure, qui a disparu brusquement. Il grandit entre un pĂšre menuisier, taiseux et colĂ©rique, et une grand-mĂšre attentionnĂ©e. Seul et silencieux, il se plaĂźt Ă  fuir, Ă  marcher, Ă  courir dans la montagne ou au bord de la riviĂšre, en quĂȘte de son identitĂ©. Des faits passĂ©s permettent d’Ă©clairer le prĂ©sent qui demeure cependant Ă©nigmatique.    Jeanne Benameur (Otages intimes, NB octobre 2015), Ă©galement Ă©crivain pour la jeunesse, anime aussi des ateliers d’Ă©criture. Elle explore ici le monde de l’enfance avec acuitĂ© : ses souffrances et la violence de l’existence. Des descriptions soignĂ©es de quelques scĂšnes de jeunesse dĂ©voilent la personnalitĂ© du pĂšre et de la grand-mĂšre sans lever totalement le mystĂšre. La frontiĂšre entre rĂ©alitĂ© et imaginaire est rĂ©guliĂšrement franchie pour nourrir la rĂ©flexion sur la vie et la mort. Des chapitres courts et concentrĂ©s livrent alternativement les points de vue des trois personnages. On retrouve la riche Ă©criture de la romanciĂšre, charmĂ©s que nous sommes par les sensations et la nature Ă©voquĂ©es avec un vocabulaire choisi, trĂšs imagĂ©. Une dĂ©marche plus poĂ©tique que romanesque qui peut Ă©tonner. (J.D. et B.D.)