L’empereur et le cerf-volant

YOLEN Jane, YOUNG Ed

La quatrième fille de l’Empereur est si petite que personne ne la voit. Seuls trouvent grâce auprès de leur père, ses quatre frères et ses trois soeurs. L’enfant, solitaire, joue avec son cerf-volant. Victime d’une conspiration, l’Empereur est enlevé et enfermé dans une haute tour isolée. Elle seule va tout faire pour le sauver.  Jane Yolen chante l’amour filial et la loyauté, dans un récit très épuré. Elle situe l’action dans le passé mythique de la Chine ancienne que symbolise le cerf-volant. Les personnages sont stylisés en fonction de leur comportement, les émotions gommées, comme retenues. Du cerf-volant nait la poésie de ce conte qu’il traverse de sa légèreté, de sa liberté pour servir de trait d’union entre les hommes. L’illustration lui fait la part belle : dans une harmonie classique de rouge et vert, il structure, en diagonale, chaque double page. De manière plus subtile encore, les groupes de personnages s’organisent, comme dans un tableau, selon une oblique ascendante ou descendante qui dynamise et dramatise chaque scène. Élégant et raffiné.