Le voyage d’Eladio.

MINGARELLI Hubert

Alvaro Cruz, responsable du cadastre dans une localit√© d’Am√©rique Centrale, est absent de son domicile lorsqu’un groupe de gu√©rilleros y p√©n√®trent par effraction et s’emparent de sa paire de bottes. Son vieux serviteur ne l’entend pas de cette oreille et tente de s’opposer √† eux mais ils l’estourbissent et s’enfuient. Le vieil homme, sans h√©siter, les poursuit vers la montagne, marchant, marchant jusqu’√† √©puisement, souffrant du froid, de la faim, de la soif. De la peur aussi.

 

C’est cette longue et vaine poursuite que raconte Le voyage d’Eladio ainsi que les paysages travers√©s, les √©preuves endur√©es, la trag√©die finale. Et un d√©vouement aveugle (d’un autre temps). La narration, un peu monotone, r√©p√©titive, est accompagn√©e d’un monologue incessant, plein d’interrogations, parfois adress√© √† son ma√ģtre, peut-√™tre reflet d’un parcours mythique.