Le parfum de l’innocence

REZA Parisa

Au début des années soixante-dix, Elham, très seule, est élevée librement par son père Bahram, brillant professeur à l’université de Téhéran. Elle s’éprend d’un jeune élève officier, Jamshid, mais n’ose pas le lui dire car, sans être communiste, son père est farouchement opposé à l’armée et à la SAVAK, police secrète. Un jour en rentrant d’Europe, ils trouvent la ville à feu et à sang : la révolution qui chassera le Shah a commencé.     Le deuxième roman de Parisa Reza est la suite de Les jardins de la consolation (NB juin 2015) qui se déroulait entre les années vingt et cinquante. L’histoire ici se passe les années suivantes. Grâce à la politique du Shah, les mentalités s’affranchissent, les intellectuels s’expriment et l’éducation s’assouplit. Les traditions ancestrales subsistent, mais l’on voit apparaître une nouvelle indépendance ; c’est un moment de transition entre l’ouverture du pays et le repliement futur qui reviendra avec le retour des ayatollahs. Parisa Reza décrit avec beaucoup de retenue, de poésie et de beauté, la vie d’une jeune fille qui doit affronter sa liberté dans un pays en pleine émancipation. (M.-F.C. et S.D.)