Le mensonge de Daniel Branwell

DUNMORE Helen

Daniel rentre dans son village en Angleterre apr√®s la guerre de 1914 en France. Il n’a plus de famille : seule Mary, une vieille amie de sa m√®re, l’h√©berge. Elle lui confie ses biens et en √©change lui fait promettre d’accomplir une terrible promesse : il accepte… Il n’ose alors plus rencontrer les villageois qui lui demandent des nouvelles de Mary ; il cache la v√©rit√© m√™me √† Felicia, la soeur de Frederick, son camarade d‚Äôenfance, mort √† ses c√īt√©s au combat. Chaque moment de sa vie est l’occasion de se rem√©morer les circonstances douloureuses de la guerre ou de repenser au mensonge qui le hante‚Ķ¬†Helen Dunmore (La maison des orphelins, NB juin 2005) d√©peint un √™tre au caract√®re perturb√© √† jamais par les violences des tranch√©es, qui revient dans l‚Äôunivers pauvre et mesquin de la campagne anglaise du d√©but du XXe si√®cle. La vie de la bourgeoisie provinciale et celle des fermiers sont √©voqu√©es dans un style agr√©able et tr√®s vivant, sans d√©tail superflu. L‚Äôatmosph√®re de ce beau roman, un peu d√©routante au d√©but, bascule dans une tension prenante, entre r√™ve et r√©alit√©, qui maintient un suspense poignant, habilement men√© jusqu‚Äôau bout. (C.M. et C.V.)