Le Manuscrit perdu de Jonah Boyd.

LEAVITT David

En Californie, dans les annĂ©es soixante-dix, un psychanalyste professeur d’universitĂ© vit avec sa femme et leurs enfants sur un campus renommĂ©. La narratrice, secrĂ©taire exploitĂ©e et maĂźtresse du professeur, est fascinĂ©e par cette famille comme par la maison qu’ils habitent. La visite d’un couple ami en perturbe l’apparent Ă©quilibre : un manuscrit crucial disparaĂźt, les morts se succĂšdent, maladie, meurtre, accident. La maison est vendue. Des annĂ©es plus tard, la narratrice, devenue propriĂ©taire de la maison, raconte les dessous de l’affaire.

 

L’atmosphĂšre en vase clos des campus amĂ©ricains enveloppe les personnages de ses rĂ©seaux de convenances sociales et familiales ; ainsi suit-on pas Ă  pas la cĂ©lĂ©bration du rituel fĂ©dĂ©rateur de Thanksgiving, dĂ©crite avec une prĂ©cision froide et peut-ĂȘtre ironique. L’intrigue, romanesque, adroite, se dĂ©ploie dans un final astucieusement mĂ©nagĂ©. En somme, ce roman bien fait se lit avec agrĂ©ment, sinon avec passion.