Le chien rouge

SÉGUR Philippe

Peter Seurg, le Chien Rouge, professeur de droit, critique virulent de la société actuelle, est l’adepte d’une théorie selon laquelle, après la mort d’un être humain, son « champ de forme » demeure, de même que les lieux restent imprégnés des évènements qui s’y sont déroulés ; la vie du Chien Rouge aurait pris forme dans le « champ causal » d’Hermann Hesse. Retiré dans les Pyrénées, avant son suicide supposé, il laisse un manuscrit à son voisin.  Philippe Ségur (Extermination des cloportes, NB mars 2017) conte la vie de Seurg. Marié, divorcé, il a plusieurs enfants dont il est proche. Pour faire plaisir à ses parents, il est devenu enseignant au lieu d’être artiste. Sa tumultueuse liaison avec une femme d’origine indienne est souvent douloureuse. Ses crises d’anxiété l’amènent à abuser des médicaments, de l’alcool et des drogues dures au point de tomber dans le coma. Dans ce livre en quatre parties, avec quatre typographies, l’auteur fait le portrait d’un homme torturé qui cherche sa place parmi ses idoles : Hesse, Kerouac, Cobain, Balzac… Un livre déroutant, nauséeux, qui se termine par un poème en anglais. (C.-M.M. et V.M.)