Le chant du rastaman (Les aventures de Francis Blatte ; 1)

SAPIN Mathieu

CoiffĂ© de son ineffable bonnet rouge, Francis Blatte est un fondu de Bob Marley, dont le poster s’anime pour lui donner de prĂ©cieux conseils embrumĂ©s dans la fumĂ©e des joints. Mal Ă  l’aise dans ses exercices de fille de l’air, Paulette ComĂšte tombe du toit sous ses yeux et le voilĂ  entrainĂ© dans un tourbillon d’aventures oĂč il rencontre le cĂ©lĂšbre producteur Mamoudian, sa machiavĂ©lique fille  Carolina  et Yaya, sa tante caractĂ©rielle. On dĂ©couvrira l’importance capitale d’une carte de RU, l’influence dĂ©terminante d’une tĂ©lĂ©commande climatique et l’efficacitĂ© multiforme de la poudre de couille de varan sĂ©chĂ©e.

Sous le trait acĂ©rĂ© d’une plume caricaturale, les innombrables personnages sont perpĂ©tuellement en mouvement, animĂ©s par un scĂ©nario trĂ©pidant et inventif qui ne les laisse pas un instant en repos. L’image foisonne de dĂ©tails grotesques ou humoristiques et, si le projet est dĂ©jantĂ©, l’histoire se lit sans peine grĂące Ă  un dĂ©coupage qui reste rigoureux sous des apparence lĂ©gĂšres.