L’auberge des Charmilles

DECK Olivier

À Peyregave, en Béarn, Marthe tient L’auberge des Charmilles surtout fréquentée par des habitués. Veuve depuis 1935, elle a deux enfants : Manon vingt ans et Louis dix-sept ans. En ce printemps 1939, l’afflux de réfugiés espagnols, civils et militaires, fuyant le régime franquiste, perturbe le train-train habituel. Un camp d’internement a été construit pour les hommes. L’hôpital est surchargé de blessés. Manon, aide-soignante, amoureuse d’un bel aviateur, le fait évader grâce au petit groupe anarcho-libertaire auquel appartient son frère. Ce ne sera pas sans difficultés car tout se sait et les opinions sont partagées entre rejet et pitié.  Olivier Deck a situé son nouveau roman, comme le précédent (La neige éternelle, NB décembre 2005), dans sa région. Sur fond de ritournelles d’époque, il décrit de façon vivante le quotidien des habitants perturbés dans leurs habitudes, l’inquiétude latente devant la guerre imminente et la constitution, déjà, d’un réseau clandestin de résistance. Le cadre est beau, l’histoire agréable à lire.