L’arbre

THOMMEN Sandrine

Sept messieurs en noir arrivent en montgolfière ; ils descendent et s’en prennent à l’Arbre qu’ils dépouillent sans vergogne pour construire une maison. Mais l’Esprit de la Nature veille.

C’est un album sans paroles que dessine Sandrine Thommen pour raconter une fable écologique optimiste : la nature se défend des agressions des hommes qui apprennent, de ses colères, le respect de leur environnement. Le message est certes banal ; mais son traitement japonisant d’une grande finesse. Le dragon en qui s’incarne l’Esprit déploie les radicelles de son corps et envahit l’espace rouge de la page avant qu’on ne comprenne que c’est en lui que s’enracine l’Arbre aux vertes rondeurs. Sa colère – à l’oeil vert- se passe de mots ; de même, l’énergie du souffle avec lequel il démolit la construction humaine. La mise en page du combat épique qui l’oppose aux bâtisseurs inconséquents est dynamique et efficace. Les personnages humains, silhouettes noires graphiques, disent en postures et en gestes les émotions qui les traversent. Quant à l’arbre devenu maison, sa jolie métamorphose est réjouissante. Pas de texte mais le langage universel des images qui autorise, sans difficultés,  l’appropriation du sens.