Laguna Nostra

MULLER Dominique

√Ä Venise, un cadavre √©gorg√© est retrouv√© dans un canal. Charg√© d’√©lucider le meurtre, le commissaire Campana peut compter sur la collaboration, parfois maladroite, de sa soeur, historienne d’art, sp√©cialiste des plafonds peints, et de ses oncles, r√™veurs marginaux. Tous habitent le palais de famille, un peu d√©labr√©, se chamaillent parfois, mais sont ind√©fectiblement li√©s. La piste les m√®ne √† une affaire de trafic d’enfants.

 

Ce policier au ton et aux personnages originaux m√©rite que l’on s’y immerge malgr√© un d√©but o√Ļ ruelles de Venise et peintres tiennent une place un peu trop importante pour le profane, o√Ļ l’√©criture dense et louvoyante induit parfois une certaine n√©bulosit√©‚Ķ On s‚Äôy perd et s‚Äôimpatiente parfois. Mais bient√īt l’intrigue prend du corps, les relations familiales et les parall√®les entre crimes et art apportent leur touche de d√©calage. La finesse et l’humour caustique de Dominique Muller (Les malgr√©-nous, NB octobre 2003) emportent l’adh√©sion, jusqu’√† la conclusion d√©licieusement immorale. Quand culture, meurtres et petits arrangements cohabitent avec bonheur.