La place verticale

VAN DEN BOOGAARD Oscar

&

 

Une famille n√©erlandaise, o√Ļ les femmes sont omnipr√©sentes, se d√©compose et √©clate en un kal√©idoscope de n√©vroses. Le romancier, dans ce contexte, met en sc√®ne deux g√©n√©rations : Brenda, jeune fille, et deux soeurs, ses amies, en 1969, puis, en 2005, trois jeunes femmes, leurs propres filles¬†; toutes tentent de se d√©gager de la pression des non-dits et des secrets de famille. Pour les premi√®res, ce sera par la lib√©ration sexuelle, courte fugue dans un Paris fantasm√© qui les change de leur vie √©triqu√©e √† Utrecht¬†; pour les autres, la libert√© passe par le star-system, les amours multiples, la drogue √† Los Angeles. Rencontres, exp√©riences, d√©sirs contradictoires de ¬ę¬†tous ces gens qui voulaient √™tre ensemble mais ne se pr√©occupaient que d‚Äôeux¬†¬Ľ.

 

L‚Äô√©criture, parfois belle, passe de la brutalit√© sexuelle la plus crue √† des images elliptiques, voire hallucin√©es, pour dire le mal de vivre et le besoin n√©vrotique d‚Äôattention. En ultime rupture de ton, le bonheur √† deux survient, la vieillesse permettant enfin de rendre les armes. Un roman d√©concertant, √† la fois introverti et exhibitionniste o√Ļ conscient et inconscient se t√©lescopent.