La gloire des maudits

ESTIENNE d'ORVES Nicolas d'

Paris 1955. Gabrielle Valoria, orpheline d’un p√®re collaborateur, occupe avec son jeune fr√®re Simon l’appartement familial au Palais Royal. Elle vivote de menues t√Ęches d’√©crivain public et doit c√©der meubles et tableaux pour survivre, quand elle re√ßoit d’√©tranges missives de L√©on Drameille lui proposant un march√© r√©mun√©rateur. Il d√©sire se venger de la spoliation litt√©raire que Sidonie Porel lui a fait subir. Gabrielle lui semble la personne ad√©quate pour approcher la femme de lettres, prix Goncourt 1922, devenue pr√©sidente du jury de ce prix.¬†¬†L’auteur, √©crivain aguerri (Dictionnaire amoureux de Paris, NB janvier 2016), r√©utilise le proc√©d√© des Fid√©lit√©s successives en m√™lant personnages r√©els et imaginaires. Le monde artistique de l’entre-deux-guerres et des ann√©es cinquante, du bal masqu√© d’Anna de Noailles aux r√©ceptions de Gallimard, est √©voqu√© avec allant. Le foisonnement de personnages secondaires entra√ģne des rebondissements nombreux et bien conduits dans le Paris des h√ītels particuliers tout comme dans ses bas-fonds. La trahison et le mensonge traversent tous les milieux o√Ļ r√®gnent calcul et manipulation. Un rythme soutenu emporte le lecteur √† la d√©couverte de deux femmes de g√©n√©rations diff√©rentes. Ce copieux roman-feuilleton au suspense puissant se lit facilement jusqu‚Äô√† un d√©nouement un peu surprenant. (J.D. et B.T.)