La demeure des Gomez

PRADO Miguelanxo

& &    

Indalecio, petit bourgeois candide du XXIe siĂšcle, se rend chez le notaire avec femme et enfants, pour la lecture du testament d’une vieille tante perdue de vue qui lui a lĂ©guĂ© sa maison de campagne. Ravi de cet hĂ©ritage inattendu, il a la dĂ©ception de retrouver, Ă  la place du palais entourĂ© de forĂȘts et riviĂšres qu’il avait en mĂ©moire, une bicoque sur un petit bout de terrain en friches. Sentimental, Ă  dĂ©faut de voir sa fortune faite, il dĂ©cide de faire retaper la maison. Il fait alors la connaissance des notables du village, plus rapaces les uns que les autres, et qui n’ont qu’un mot d’ordre : raser l’ancien pour construire du neuf, afin d’attirer les citadins. Ils n’auront de cesse de mettre des bĂątons dans les roues d’Indalecio pour l’empĂȘcher de rĂ©aliser ses projets, et le gruger. 

 

Les mĂ©andres de l’administration et le cynisme du monde de l’immobilier, dans une Galice en proie aux promoteurs gourmands, sont Ă©pinglĂ©s par le style graphique caricatural et le ton grinçant de cette satire sociale. Le registre trĂšs personnel de Prado met bien en valeur les portraits de cette histoire de dupe, qui reste finalement assez peu prenante.