Flashfire.

STARK Richard

Les complices de Parker, hĂ©ros des romans de Richard Stark, auraient mieux fait de lui remettre l’intĂ©gralitĂ© de sa part du petit casse qu’ils viennent de rĂ©ussir, ils ont dĂ» oublier qui il est : un malfrat froid, cynique, qui tue Ă  bon escient et ne pardonne jamais rien. Parker commence par se procurer quelques liquiditĂ©s, une nouvelle identitĂ©, et le voilĂ  parti derriĂšre ces imbĂ©ciles, Ă  Palm Beach, oĂč ils prĂ©parent le vol de bijoux du siĂšcle. Ce paradis pour milliardaire, forteresse rĂ©putĂ©e imprenable, se transformera, grĂące Ă  Parker, en juteux jeu de massacre, malgrĂ© la sagacitĂ© du shĂ©rif local qu’il retournera Ă  son avantage. C’est avec plaisir que l’on retrouve le style incisif et humoristique de Richard Stark, alias Donald Westlake, ainsi que Parker et sa remarquable imagination pour monter des coups. Comme les prĂ©cĂ©dents de la sĂ©rie (Blackflash, NB juillet 2001), celui-ci est efficace quant au rythme et au suspense.