Enferme-moi si tu peux

PANDOLFO Anne-Caroline, RISBJERG Terkel

Des mineurs sortent du carreau. Augustin Lesage est l’un d’eux. Il entend une voix lui prédire un avenir de grand peintre. Poussé par elle, il se lance et couvre une immense toile des dessins méticuleux qui lui sont inspirés par l’esprit. Il en fera huit cents autres. Madge Gill, elle, est une enfant sans père. Elle vit recluse jusqu’à sa rencontre avec Myrninerest. Ce fruit de son imagination lui inspire la musique et le dessin. Le facteur Cheval apparaît ensuite, puis quelques autres personnages. Ils ont tous en commun une sorte d’obsession qui leur est presque étrangère, mais devient le moteur de leur vie.Un peu caricatural, le dessin sait, tour à tour, être joliment descriptif, ou alors se faire exubérant pour épouser les fantasmes des héros et leur faire exprimer passions et douleurs. Connus ou moins connus, tous sont réels. Leurs vies sont décrites avec empathie et replacées dans le contexte historique d’un XIXe siècle peu ouvert à la différence, où le mépris était la forme la plus courante d’exclusion vis-à-vis de ceux qui dérangeaient parce qu’on les tenait pour fous. (P.P. et E.B.)