Dire non

PLENEL Edwy

Edwy Plenel a encore frappé. Dans un appel au sursaut démocratique, il affirme que le pire n’est pas la crise économique et politique mais la résurgence de ce qu’il appelle les monstres, figures de l’extrême-droite, ces foules qui lui rappellent les années trente, la collaboration, le racisme, le fascisme, la xénophobie, l’antisémitisme, l’homophobie… Haïssant Sarkozy (Le Président de trop, NB juillet-août 2011), il avait fustigé sa tyrannie brutale, conséquence de l’excès du pouvoir présidentiel. Mais à son tour François Hollande, ayant renié ses promesses, le déçoit profondément. Edwy Plenel dénonce une classe politique égoïste, des médias aveugles ou obéissants (sauf Mediapart !). Il reprend ses obsessions de Grand Inquisiteur dans une diatribe virulente qui n’épargne personne et surtout pas Manuel Valls pour lequel il éprouve une véritable détestation. Un ouvrage de lecture difficile, truffé de citations, plus haineux que critique, plus sectaire qu’impartial, plus intolérant que réellement attaché à la liberté d’opinion.