Des orties et des hommes

PIGANI Paola

La famille vient d’Italie, le p√®re a emprunt√© pour acheter une ferme charentaise. Il faut vivre, produire, payer les dettes. Entre l’√©cole, les courses au bourg, les visites √† Nonna, Pia, onze ans, a la main √† tout avec ses soeurs et son fr√®re. Aux b√™tes, aux champs, √† la maison. Quand elle croise en v√©lo Jo√ęl, le petit bossu, son coeur cr√©pite; elle √©crit sur son cahier. Mais il faut bient√īt quitter la chaleur familiale pour le pensionnat du coll√®ge.¬†¬†¬†Paola Pigani (Venus d’ailleurs, HdN ao√Ľt 2015) retrace ici sa propre enfance, v√©cue en Charente dans les ann√©es soixante-dix. Le beurre en baratte, la rentr√©e des foins, le v√™lage, le Cr√©dit Agricole, elle conna√ģt bien. Comme la vie villageoise, ses codes secrets, ses drames. Avec des mots po√©tiques et crus, elle revit le quotidien d’une enfant sensible et imaginative, marqu√©e par la pauvret√© mais nourrie par la tendresse familiale, les merveilles renouvel√©es de la nature et la force du labeur paysan. √Ä force de ruralit√© et de pr√©carit√©, le trait peut sembler excessif mais l’√©vocation n’en est pas moins vibrante et ressuscite un pass√© paysan aujourd’hui presque aboli. (M.W. et F.L.)