Charmes fous.

CORBEYRAN √Čric, BALEZ Olivier

Le pluriel du titre couvre un jeu de mots. En fait de charmes, il s’agit de sorcellerie. Le p√®re du publicitaire et ¬ę¬†bobo¬†¬Ľ parisien, G√©rard Dugroin, est mort d√©vor√© par les cochons de la b√©taill√®re que sa voiture a percut√©e. S’appeler Dugroin et se faire bouffer par les cochons, l’humour de l’album semble vouloir voler bas ! Mais non, au village o√Ļ vivait son p√®re, G√©rard et sa compagne m√®nent une v√©ritable enqu√™te polici√®re : le p√®re aurait-il √©t√© envo√Ľt√© par la magie ? Les preuves se multiplient‚Ķ Un clin d’oeil ironique √† la publicit√© semble conclure l’histoire avant un retournement en pied de nez dans la derni√®re planche.

Le sc√©nario est astucieux, √† mi-chemin entre la satire de soci√©t√© et l’enqu√™te polici√®re. Le dessin semi r√©aliste ne s’embarrasse pas de d√©tails et vire √† l’abstrait dans les s√©quences oniriques ou pass√©istes. Une histoire compl√®te, d√©tendante o√Ļ les initi√©s verront dans le h√©ros un air de famille avec Fr√©d√©ric Beigbeder qui signe une pr√©face √† l’album.