Bobi.

BESS Georges

Quand un dessinateur laisse son crayon errer Ă  son grĂ©, les arbres deviennent squelettes, les ĂȘtres et animaux se font monstres. Peut naĂźtre ensuite un humanoĂŻde longiligne et asexuĂ©, Bobi, placĂ© dans les situations les plus diverses, qui, d’abord seul, se dĂ©multiplie, puis devient enfin chacun des humains de la planĂšte. Cette dĂ©marche onirique intrigante rappelle l’Ă©criture automatique des surrĂ©alistes et des rĂ©alisations similaires de Moebius. Elle permet de suivre le cheminement inconscient de l’auteur qui se met lui-mĂȘme en scĂšne, tourne autour de ce personnage dont il prĂ©sente de nombreux croquis en fin d’album.

Les dessins noirs et blancs sont toujours aussi fins, Ă©lĂ©gants, et poĂ©tiques, sachant crĂ©er un Pierrot lunaire plein de charme. L’aventure reste cependant intellectuelle et passionnera ou lassera selon le profil du lecteur. L’un peut s’Ă©garer dans les mĂ©andres des dĂ©lires de l’auteur, l’autre ĂȘtre sĂ©duit par le passage de l’individualitĂ© Ă  l’universalitĂ© du personnage, qui s’avĂšre ĂȘtre la morale de l’histoire. Une oeuvre, ambitieuse ou hermĂ©tique dans le propos, qui ne laisse pas indiffĂ©rent.