Veil

RUCKA Greg, FEJZULA Toni

Dans une station de m√©tro d√©saffect√©e, une jeune femme nue se r√©veille sous les yeux attentifs de rats aux yeux rouges. Balbutiant des propos sans suite, elle sort dans la rue, toujours d√©v√™tue, sous le regard √©bahi et concupiscent d‚Äôun groupe de passants. Dans un √©tat second, elle r√©p√®te les bouts de phrases entendues sans para√ģtre les comprendre. Un homme, Dante, d√©cide de l’emmener chez lui pour lui trouver des v√™tements. Un trio de loubards les suit, agressifs, jusqu‚Äôau moment o√Ļ la jeune femme prend le contr√īle de leur volont√© et les force √† se tirer une balle dans la t√™te‚Ķ.¬†¬†Pentacle, satanisme et invocation de d√©mons remplacent les mafiosi dans ce polar urbain d‚Äôapparence classique qui glisse tr√®s rapidement dans un r√©cit fantastique brutal et violent. Le dessin stylis√© donne son unit√© et sa coh√©rence √† l‚Äôhistoire, renforc√©e par une mise en couleur reposant sur des jeux de d√©grad√©s √† partir de teintes ma√ģtresses, rouges, vertes ou bleues selon les s√©quences. Au del√† de l‚Äôid√©e premi√®re, l‚Äôhistoire peine √† d√©coller et ne devrait int√©resser que les seuls amateurs du genre horrifique. (A.R. et A.D.)