Une guerre perdue : la France au Sahel

PEROUSE DE MONTCLOS Marc-Antoine

Janvier 2013 : François Hollande engage près de 800 soldats au Mali. L’opération Serval a deux objectifs : arrêter l’avancée des groupes islamistes qui menacent la capitale, Bamako, et à terme, sauver le monde occidental du péril jihadiste. Si ces objectifs ont été atteints, force est de constater que sept ans plus tard, Serval, devenu Barkhane en juillet 2014, mobilise aujourd’hui 6 000 hommes au Sahel. Sans compter les forces armées des cinq pays concernés plus les soutiens logistiques des États-Unis et de quelques pays européens.

Dans cet essai très documenté, Marc-Antoine Pérouse de Monclos, directeur de recherche à l’IRD (Institut de recherche pour le développement), s’interroge sur l’incapacité de la France et de ses alliés à rétablir l’ordre. Pire, les jihadistes, qui se sont dispersés géographiquement en dehors du Mali, multiplient leurs actions, les violences intercommunautaires ; les massacres, imputables aux États sahéliens, deviennent monnaie courante. Sans concession, l’auteur pointe les limites de l’action politique et militaire française, et n’hésite pas à parler d’une guerre perdue. Il suppute que peut-être un désengagement de la communauté internationale serait salutaire et permettrait à l’Afrique de se reprendre en main. Une analyse percutante et instructive du plus important conflit engageant la France depuis la guerre d’Algérie. (C.Go. et F.L.)