Une enfance marocaine.

BRAGANCE Anne

Anne Bragance raconte son enfance √† Casablanca, sa ville natale. Elle habite un quartier modeste avec son p√®re (employ√© du port), sa m√®re et ses deux fr√®res dans une rue fleurie qui court vers l’oc√©an, tout pr√®s d’un champ de bl√© qu’elle et ses amis traversent quotidiennement pour aller √† l’√©cole. C’est une rue m√©tisse o√Ļ cohabitent Italiens, Espagnols, Fran√ßais (pieds-noirs), quelques Juifs et Marocains : elle √©voque avec nostalgie cette communaut√© cosmopolite, g√©n√©reuse, heureuse o√Ļ les enfants apprennent tol√©rance et fraternit√©. L’√©crivain d√©crit avec tendresse les jeux, les heures pass√©es avec la grande bo√ģte √† boutons, la course aux sauterelles, les histoires racont√©es √† son turbulent fr√®re Alain, les voyages en voiture √† travers l’Espagne pour ¬ę¬†gagner la France¬†¬Ľ. Pays qu’elle finit par ¬ę¬†gagner¬†¬Ľ √† seize ans quand ses parents seront rapatri√©s.On retrouve le charme et la finesse de La reine nue (NB ao√Ľt-septembre 2003). Avec un talent narratif incontest√©, un style d√©licat et po√©tique, Anne Bragance offre des petites anecdotes pleines de charme, nous la suivons avec plaisir dans ce pays enchant√© qu’est l’enfance.