Triboulet le terrible chasseur de fauves

CASSIAU-HAURIE Christophe, HIPPOLYTE

Le baron F√©licien Triboulet est un chasseur √©m√©rite; pour preuve l’impressionnante collection de troph√©es qui orne les murs de son salon. Ne manque √† la satisfaction de son amour-propre que d’avoir crois√© le chemin du fameux lion noir d’Alg√©rie, le plus f√©roce des animaux. Justement, voil√† qu’il a √©t√© aper√ßu pr√®s d’un village alg√©rien. Le baron n’h√©site pas: malgr√© son mal de mer, il embarque et traverse la M√©diterran√©e. √Ä nous deux, le lion!

Ce terrible chasseur est surtout le digne h√©ritier de Tartarin de Tarascon. D√®s la troisi√®me page, le texte qui c√©l√®bre emphatiquement ses exploits laisse des indices (pas si discrets) que les troph√©es pourraient venir de chez le marchand, et que notre h√©ros est plus habile √† se mettre verbalement en sc√®ne qu’√† agir. Il n’est pas si trouillard; juste pas tr√®s dou√©, comme le d√©montreront ses tribulations alg√©riennes. Le texte, dr√īle et pince-sans-rire, le moque subtilement, relay√© par les belles aquarelles lumineuses et √©vocatrices, qui, quand elles ne donnent pas envie de visiter les villages alg√©riens, le tournent gentiment en ridicule, gros, fat et moustachu. D√©licieux.