Secondes noires

FOSSUM Karin

Ida, petite Norv√©gienne, partie en v√©lo au village, n’est pas rentr√©e √† l’heure dite. Helga, sa m√®re, entrevoit son pire cauchemar se r√©aliser ; non loin de l√†, sa tante Ruth s’inqui√®te du silence de son fils Tomme revenu d’une vir√©e avec sa voiture accident√©e‚Ķ Et Elsa Marie, m√®re d’Emil, un autiste de cinquante-deux ans, est soucieuse… M√®res sur le qui-vive, elles sont confront√©es brutalement √† ce qu’elles n’osaient imaginer. ¬†Karin Fossum tisse une analyse fine et inventive des rapports humains, particuli√®rement entre parents et enfants, patiemment orchestr√©e, o√Ļ le suspense ne s’√©mousse pas. Les femmes assumant souvent seules leur destin de m√®re, personnages tour √† tour attachants, irritants ou pitoyables, sont second√©es dans leur qu√™te de la v√©rit√© par un duo de policiers camp√©s avec humour et pertinence. Et tous, acteurs et lecteur, sont entra√ģn√©s dans une passionnante √©lucidation de la part aveugle tapie au fond de l’homme.