Qu’est-ce que j’ai fait au Bon Dieu ? Job, la souffrance et nous.

THABUT Marie-Noëlle

& & &

 

Marie-Noëlle Thabut, qui s’est beaucoup investie dans l’initiation biblique à travers conférences et ouvrages (À la découverte du Dieu inattendu, N.B. juil. 2003), est principalement connue du grand public par ses émissions sur Radio Notre-Dame. Elle nous propose cette fois un commentaire du Livre de Job. La non-homogénéité du texte, tant dans la forme que dans le fond, suggère qu’il est l’oeuvre d’auteurs différents, appartenant à des époques différentes. Il serait le reflet de l’évolution de la pensée du peuple d’Israël sur la souffrance. Au nom même de sa foi, Job, accablé de malheurs, lui qui n’a rien à se reprocher, s’en prend violemment à Dieu de punir les bons et récompenser les méchants. Dieu ne serait-Il pas juste ? Au bout d’une longue quête, Job s’interroge sur sa propre conception de la justice. Et c’est alors que Dieu lui parle. La seule voie de salut pour l’homme est de s’en remettre totalement à Lui.

 

Le problème de la souffrance et du mal est le mystère que nous savons. Il n’empêche que ce petit ouvrage, riche en lui-même d’enseignements, incite fortement à lire ou relire l’étonnant Livre de Job, par ailleurs véritable chef-d’oeuvre littéraire.