Quand serons-nous diables ? toujours, toujours, toujours

BRUEL Christian

Le titre provient d’une comptine qui inaugure ce florilège de ritournelles et formulettes chantées par des générations de gamins dans les cours de récréation, avec la jubilation libératrice de la transgression, de l’humour noir ou scatologique. Certaines sont accompagnées de leur partition musicale qui incite à les chantonner immédiatement, d’autres de la référence à la chanson d’origine qu’elles pastichent.

Ces textes, pour lesquels la transmission orale est fondamentalement liée à leur caractéristique irrévérencieuse et enfantine, appartiennent à un patrimoine populaire qui risque de se perdre avec les nouvelles générations ; la préface d’Emmanuel Pierrat les explicite en regard des digressions lyriques et contes de fées érotiques, où perce l’enfant qui persiste en tout adulte.

Page d’écriture appliquée, buvards anciens, jouets mécaniques, vieilles gravures ou images de livres d’enfant, les illustrations choisies ont ce côté « rétro » qui colle parfaitement avec les années de la « communale ».

Quand serons-nous sages ? Jamais, jamais, jamais se situe exactement dans le même registre et apporte d’autres variantes, d’autres images qui parlent à la mémoire des adultes, et réjouiront les enfants par leur impertinence.