Outrage.

LE GUILLEDOUX Dominique

Fabien, ing√©nieur du son, travaille au Liban pour un film. Fils accultur√© d’un cheminot, il apprend que son p√®re est victime d’une attaque cardiaque et d√©cide de recueillir pour lui des sons du monde. Tel est le sc√©nario, que l’on peut tenter de d√©gager de ce v√©ritable cyclone. Au fil des pages, l’enfance de Fabien fait de brutales irruptions entre amants, voyous, gigolos, fum√©es, coca√Įne et coups de couteau. Depuis Ernesto, le gitan, qui le s√©duit et lui apprend √† ¬ę¬†baiser¬†¬Ľ les gar√ßons sur des tas d’ordures ou devant des foetus de siamois, et Matteo, le Corse, dont il fut √©perdument √©pris, c’est un tourbillon incessant de came et de mauvais trips qui conduisent √† la folie. On aurait pu esp√©rer que l’objectif du romancier, reporter au ¬ę Monde ¬Ľ et auteur d’un roman-reportage sur la Tch√©tch√©nie (Si je mourais l√†-bas, N.B. juin 2003) serait de r√©v√©ler la r√©alit√© et la diversit√© d’un monde de paum√©s en marge d’une soci√©t√© qui les broie, mais Dominique Le Guilledoux met tant de complaisance dans les sc√®nes sexuelles et les d√©lires violents que l’on ne parvient pas √† d√©fendre cette hypoth√®se.