Maman Chonchon

NAUMANN-VILLEMIN Christine, BARCILON Marianne

Bien qu’elle les aime plus que tout, Maman Chonchon sait que l’heure est venue pour ses trois cochonous de prendre leur autonomie.  RĂ©ticents mais lestĂ©s d’un bon gros sac de provisions et de la promesse de frĂ©quentes visites maternelles, chacun s’en va construire la maison qui lui ressemble. Bonne aubaine pour le loup qui se pointe aussitĂŽt.  C’est compter sans la “mĂŽman”, redoutable maligne ou vĂ©ritable ingĂ©nue (Ă  voir) ? Une chose est sĂ»re : le grand nigaud se fait avoir Ă  chaque fois . À moins que…

 

Conte revisitĂ© oĂč l’amour maternel sauve sans le savoir la mise de ses trois rejetons avec un innocent bagoĂ»t qui fait merveille. C’est bien les mĂšres : protectrices, prĂ©venantes, (presque toujours) lĂ  quand il faut et (toujours) de bon conseil ! Le loup, presque dĂ©contenancĂ© par tout l’intĂ©rĂȘt qu’on lui porte, soigne sa personne et s’atiffe, lui qui avait mĂȘme oubliĂ© qu’il s’appellait Ernest ! Le trait rond et potelĂ©, l’aquarelle gaie et lĂ©gĂšre, la mise en scĂšne simple et efficace rendent cet album drĂŽle et d’abord facile. On entend d’ici les commentaires appuyĂ©s des “vraies” mamans qui liront cette histoire Ă  leurs propres “choupinoux”, chute sous-entendue incluse ! (M.-F.L.-G.)