Lucienne 1853 (Bouche d’ombre ; 3)

MARTINEZ Carole, BEGON Maud

Lucienne, la lavandière, a pour amie une petite fille. Cette rousse est un fantôme facétieux. C’est elle qui fait parler la table de Victor Hugo, en se faisant passer pour Léopoldine, sa chère défunte. Un jour son chat, s’emmêlant les pattes dans le tracé cardiaque d’un vivant, se trouve transporté bien des années après, dans la chambre d’hôpital de Nassim. S’allongeant sur lui, il l’étouffe. Lou ne le voit pas, mais veut sauver son ami. Elle rencontre un médecin déjà mort mais pas encore parti qui, par l’hypnose, la fait remonter vers Lucienne. Pourront-t-elles démêler les fils imbriqués de la mort et de la vie ?   Traversant le temps et l’espace, le récit, dense et parfois énigmatique, mêle le spiritisme et l’hypnose pour montrer des revenants sympathiques et attentionnés. Ils ont une tâche à finir avant de rejoindre définitivement la lumière du monde des morts. Le dessin, façon crayon aquarellé, contribue, par son humour et sa légèreté, à faire aimer ce troisième tome d’une série, qui se comprend mieux si l’on a lu les premiers épisodes. De quoi enchanter les âmes de poète. (Br.A. et P.P.)