Lucie ou la vocation

GUILLAUD Ma√ęlle

Lucie a dix-neuf ans ; elle est en pr√©pa ¬ę Normale sup ¬Ľ et en subit la pression, les rivalit√©s et le manque de sommeil. Elle envie Mathilde qui semble sereine et √©panouie et, sous son influence, elle assiste aux offices d’une congr√©gation religieuse. Apr√®s un week-end √† Taiz√©, boulevers√©e, elle commence √† douter du sens de son existence qui ne remplit pas son besoin d’absolu. L’amour de Dieu l’envahit, elle abandonne ses √©tudes et devient novice. Sa m√®re et sa meilleure amie Juliette ne comprennent pas.¬†Ma√ęlle Guillaud, la quarantaine, est √©ditrice. Son premier roman expose un sujet difficile et sensible. En courts chapitres, d’une √©criture simple et d√©pouill√©e, elle montre le quotidien d’une communaut√© monastique r√©gie par les voeux de pauvret√©, de chastet√© et d’ob√©issance. Elle n’en cache ni les zones d’ombre et de tension, ni le dur apprentissage et les humiliations. Elle relate aussi le scepticisme et la tristesse des proches rest√©s en marge d’un tel choix. La manipulation et le sadisme dont sont victimes les novices se rapprochent tristement d’un embrigadement au nom de Dieu. Un ouvrage troublant et d√©rangeant. (M.-A.B. et V.M.)