L’exil de la maison du roi.

PERRIER Jean-Louis

En 1943, Roland Courr√®ges, jeune √©tudiant en Kh√Ęgne √† Toulouse, doit fuir la ville et l’enr√īlement dans le STO. Avec un camarade il rejoint Saint-Jean en Quercy, son village natal : avec stupeur, il y rencontre le responsable de la s√©curit√© des collections nationales qui l’a, en effet, choisi pour y mettre √† l’abri les toiles du Louvre afin de les soustraire √† l’avidit√© allemande et aux risques de destruction. Roland, embauch√© comme assistant pour √™tre interpr√®te, entre 1943 et 1945, se trouve m√™l√© √† Paris comme dans le Sud aux combats de la milice, de la R√©sistance et affronte les exigences des occupants qui veulent √† tout prix r√©cup√©rer les oeuvres. Ce texte sonnera peut-√™tre moins juste que Le pain de m√©moire (N.B. juil. 1999) : on ne retrouve pas la sensibilit√© qui avait s√©duit. La description des oeuvres cit√©es peut para√ģtre superficielle, les personnages un peu st√©r√©otyp√©s ; toutefois, l’√©vocation romanesque de l’exil du mus√©e du Louvre dans la vall√©e du Lot fait d√©crire un √©pisode souvent m√©connu de l’occupation allemande et de la R√©sistance. Une lecture ais√©e et agr√©able.