Les nuits assassines

GOUM J.-M., BYUN KI-HYUN

Dans les alpes autrichiennes, dans les annĂ©es 70, Axel Neunhöffer meurt soudainement. Au mĂȘme Ăąge que son pĂšre vingt-sept ans plus tĂŽt. BientĂŽt, d’autres membres de cette famille traumatisĂ©e sont retrouvĂ©s sans vie au petit matin dans leur lit, morts d’étouffement semble-t-il. Enfants ou adultes.  L’affaire finit par agiter les mĂ©dias tandis que la police piĂ©tine.

 

Cet envoutant et macabre rĂ©cit – entre enquĂȘte policiĂšre et fantastique- est une collaboration franco (scĂ©nario)-corĂ©enne (dessin).  Une voix off douloureuse et pessimiste, anonyme jusqu’à l’avant-derniĂšre page, introduit ou commente les Ă©vĂšnements. Le dĂ©coupage, subtil, suppose une solide attention pour comprendre qui est qui dans ce clan familial oĂč chacun fonctionne dans une atmosphĂšre oppressante. Le graphisme, genre dessin animĂ© et couleurs Ă  l’ordinateur, apporte curieusement Ă  ce huis clos sinistre une apparence lisse et une beautĂ© naĂŻve. InĂ©gal, il propose des visages parfois trĂšs expressifs quand ils sont torturĂ©s par la douleur morale, parfois caricaturaux et conventionnels quand ils sont impavides (le flic, les affairistes). Difficile de se croire en Autriche, voire en Europe, dans certaines cases. Une demi-rĂ©ussite.