Les farceurs

DUBRAY Anne-Hélène

Qui se tapit derri√®re les rochers ? Sans doute un √©l√©phant dont on aper√ßoit la trompe. √Ä moins qu’il ne s’agisse d’une antilope venue se d√©salt√©rer. Deux pointes √©mergeant d’un tronc semblent bien un bec de toucan… mais se r√©v√®lent des cornes de rhinoc√©ros. Supr√™me confusion : celle d’yeux de l√©muriens per√ßant le feuillage, d√©voilant en fait les ocelles de la queue du paon.¬†¬†¬†Par un jeu de cache-cache subtil, dix animaux semblent appara√ģtre tels des mirages avant de laisser la place √† d’autres cong√©n√®res. Le d√©cor, tout en transparences de couleurs acidul√©es, offre des lignes souples qui se d√©robent au regard et conduisent sur une fausse piste. La page de gauche pose une question, dans une police de couleur. Mais point de r√©ponse; c’est √† l’enfant d’√©mettre une hypoth√®se. √Ä droite, un simple revers habilement ajust√© ne r√©v√®le qu’un √©l√©ment d’animal. Une fois d√©ploy√©, il s’en substitue un autre qui n’avait pas √©t√© envisag√©. Ce livre, paru en 2016, vient de recevoir une mention sp√©ciale dans la cat√©gorie opera prima √† la foire du livre de Bologne. (M.-C.D.)