Le naufrage du rond-point

DUMONT Jean-François

Un arbre majestueux tr√īne sur son rond-point, au milieu d’une for√™t de routes et de voitures. Enfum√© et solitaire, il regrette le temps pass√© o√Ļ s’√©tendait ici la campagne, et s’ennuie. Mais aujourd’hui, il a de la compagnie: un automobiliste tombe en panne √† ses pieds. L’homme aimerait aller chercher un garagiste, mais comment sortir du rond-point alors que la nu√©e de voitures ne faiblit pas?

Le texte, √† l’√©criture agr√©able, titille la fibre nostalgique qui sommeille en chacun, grossissant le trait d’une fa√ßon caricaturale: √† la douce campagne o√Ļ les gens fl√Ęnaient s’oppose un monde enti√®rement couvert de routes et de voitures obstin√©es et agressives, qui refusent le passage au malheureux naufrag√© √† la t√™te pourtant fort sympathique. Le manque de p√©rip√©ties d’une histoire au ¬ę gag ¬Ľ r√©p√©titif peut ennuyer. En revanche, le dessin r√©aliste (dont les voitures, touch√©es par une nostalgie contagieuse, exhibent des formes tr√®s ann√©es soixante) utilise de fa√ßon magistrale l’espace de la double page, variant avec brio les compositions et les points de vue.

M.D.