Le marin et la fille des mers

ALIX Cécile, KLAUSS Anja

Seul au bord de la plage dans l’attitude du Penseur, l’oeil rivé sur le large, l’homme intrigue les villageoises qui l’observent à la dérobée. Marin à la proue de son navire, il a arpenté les mers à la recherche de l’unique. Vague ou femme, qui sait ? Plus séduisante qu’une sirène, il la suit par amour au fond des abysses, mais se réveille sur le pont de son bateau, dans les bras de celle qui l’a ramené à la vie. Vague ou femme… il danse avec elle une valse fascinante, la disputant à l’océan qui réclame avec force sa fille. Vouloir arracher cette femme-vague à la mer, n’est-ce pas la condamner à mourir ?

  Une certaine cohérence s’installe entre les images et l’oeuvre évoquée, la célèbre sculpture de Camille Claudel La valse. Illustrations aux pochoirs noyées d’eau et de teintes bleutées, quelques images parviennent à approcher l’élan, la passion contenue toute entière dans le mouvement de cette sculpture à la sensualité maîtrisée, et à créer un lien allusif entre l’histoire d’amour du livre et celle de la sculpture. Les références à la vie de l’artiste sont explicitées dans le dossier final plus efficace que le texte de l’album lui-même qui, à trop se vouloir poétique, reste assez bavard. (M.T.)