Le ballet des retardataires : Tokyo, tambours et tremblements

ABOUELEZE Ma√Įa

Laur√©ate d‚Äôune bourse pour perfectionner l‚Äôapprentissage du ta√Įko dans une prestigieuse √©cole de Tokyo, la jeune narratrice plonge dans un univers totalement √©tranger. Le ta√Įko est un tambour japonais dont la pratique d√©passe le cadre musical pour acc√©der au rang d‚Äôart martial, de m√©ditation ou de danse. Les exigences pour atteindre la ¬ę connaissance ¬Ľ de cet instrument sont innombrables : discipline, rigueur du protocole, gestion des √©nergies, d√©passement de soi, contr√īle des gestes, positionnement du corps pour acc√©der √† la souplesse et √† la s√©r√©nit√©. Form√©e par un ma√ģtre imperturbable, l‚Äô√©l√®ve, c‚Äôest-√†-dire l‚Äôauteure, se trouve r√©guli√®rement confront√©e √† des situations burlesques. Avec acuit√©, humour et d√©rision, Ma√Įa Aboueleze embarque son lecteur dans un quotidien √©trange, lui r√©v√©lant, touche par touche, un pays √©tonnant. L‚Äô√©criture est tonique, descriptive, factuelle. Peu d‚Äôinterpr√©tations, peu de fiction. La r√©alit√© suffit, confort√©e par de nombreux mots japonais, traduits en bas de page, qui ach√®vent de d√©payser. D√©stabilisant certes, mais efficace et dr√īle. (D.D. et M.Bo.)